mercredi 1 juillet 2015

Alerte pour la démocratie


Les élections professionnelles au siège de France Télévisions se sont tenues le 16 juin. Un scrutin important car le siège représente environ 40% des inscrits de toute l'entreprise. Les résultats dans cet établissement contribuent donc fortement à établir le rapport de force face à la direction pour les années à venir.

Ce 16 juin, 2218 personnes ont voté alors que 5007 personnes étaient inscrites. Avec 56% d'abstention, il va falloir retourner aux urnes le 6 juillet pour un deuxième tour (bilan électoral 1er tour élection CE du siège).

Ce désintérêt pour la représentation du personnel est inquiétant. C'est une claque pour le syndicalisme, pour la démocratie dans l'entreprise et un très mauvais signal envoyé à Delphine Ernotte, notre nouvelle présidente. Quelle légitimité auront les syndicats dont la représentativité a été obtenue sur une participation aussi faible ? Quel rapport de force pourront-ils engager avec un si faible soutien des salariés eux-mêmes ?

Cette abstention massive avait-t-elle pour objectif conscient de sanctionner des pratiques et des prises de position syndicales ou alors n'est-elle que le signe de l'individualisme qui gangrène nos sociétés ?

Si les syndicats ne peuvent pas s'exonérer d'une remise en question après ce revers de participation électorale, chaque salarié doit s'interroger sur sa responsabilité à laisser le champ libre aux chantres du libéralisme, dont Madame Ernotte est une excellente représentante. En témoigne le communiqué de presse du 24 avril de nos collègues de SUD France Télécom qui rappellent les faits d'arme de leur ex-patronne : " ...les personnels ont été les premiers contributeurs des économies....Delphine Ernotte a conduit avec constance une politique généreuse pour les actionnaires...elle s'est employée à multiplier les polyvalences et la mutualisation des activités pour augmenter la charge de travail de celles et ceux qui restent dans les services". Ils rappellent les 21 suicides chez Orange en 2014 et 6 en janvier 2015 (Communiqué de SUD France Télécom/Orange du 24 avril 2015 ). Nul doute qu'il faudra être forts et soudés dans les années à venir.

C'est pourquoi, même si SUD France Télévisions dénonce régulièrement les positions molles et consensuelles de certaines organisations syndicales nationales qui rêvent de cogestion et qui,  de renoncements en renoncements, de mensonges en mensonges, pour des stratégies de politiques internes nous mènent dans le mur, SUD lance un appel au sursaut démocratique, pour que la participation augmente au deuxième tour de l'élection du siège. Personne ne doit se satisfaire d'un affaiblissement des syndicats. Celui-ci mène irrémédiablement à l'augmentation des inégalités. Ce n'est pas SUD qui l'affirme, mais un rapport du très libéral FMI. Dans une tribune publiée en avril dernier dans le Monde Diplomatique, le journaliste Serge Halimi s'en fait l'écho (Article du Monde Diplomatique : "Eloge des syndicats") : "en réduisant l'influence des salariés sur les décisions des entreprises, l'affaiblissement des syndicats a permis d'augmenter la part des revenus constitués par les rémunérations de la haute direction et des actionnaires".

Salarié, dirigeant d'une organisation syndicale, chacun a sa part de responsabilité dans l'affaiblissement des syndicats. Ces derniers ne sont rien sans des salariés qui s'investissent activement pour la collectivité. En absence de syndicats forts,  les salariés sont broyés par les politiques libérales de rigueur.

Alors si comme SUD vous défendez une représentation syndicale forte et plurielle, si vous revendiquez un syndicalisme de lutte et de progrès social, alors

SYNDIQUEZ-VOUS

MILITEZ

VOTEZ

SUD n'est pas présent au siège de France Télévisions, comme dans d'autres établissements. C'est donc en toute citoyenneté, sans prosélytisme, que SUD lance cet appel, sans soutenir quiconque. Néanmoins, SUD rappelle qu'il est favorable au pluralisme syndical et n’adhère pas à la stratégie de certaines organisations syndicales dont le développement agressif vise à instaurer un syndicat unique et l’éradication des autres forces syndicales considérées comme ennemies.

Si vos valeurs sont faites de démocratie, de liberté, d'égalité, de solidarité et de justice sociale, si vous défendez le progrès social contre le fatalisme ambiant d'une régression inéluctable, salariés de France Télévisions, vous pouvez construire une alternative syndicale combative et résistante en constituant une section SUD.

SUD existe déjà : nous sommes présents dans tous les pôles de France 3.  Nous ne souhaitons pas être une organisation "hors sol" avec des syndicalistes professionnels et technocratiques. L'arrivée de nouveaux militants et d'adhérents actifs sera la condition indispensable à la poursuite de nos actions syndicales. Rejoignez-nous.


Version du tract téléchargeable

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire